… au Canada

lettres géantes Canada, Estelle sur le 1er A, Merlin sur le N, saIk sur le 2e A, Malo sur le D et Yves sur le dernier A

Mercredi 2 août : Dernier jour à Vancouver (Estelle)
j0208

Bien contents de poser les sacs et de se poser sur un banc après avoir marcher deux kilomètres.

Bouclage des sacs à dos ce matin : on commence à maîtriser nos chargements. Malo est désormais autonome pour organiser son baluchon. Ses frères ont encore besoin d’un peu d’aide.
11 h > on laisse les clés de notre chambre sur la porte – sans avoir vu notre logeur de ces deux jours. Un bel aperçu de la quiétude et de la confiance ambiante à Vancouver.
Nous partons pour 2 km à pied avec notre maison sur nos dos. Et ce fut long pour les petits dos et les estomacs vides. Une pause à l’ombre à mi-chemin pour avaler un gâteau sec, a fait taire notre râleur en chef (qui est aussi notre Youtubeur) et nous a redonné l’énergie nécessaire pour rejoindre le Queen Elizabeth Park- un joli jardin botanique à proximité du skytrain qui nous permettrait de rallier rapidement l’aéroport en cours d’après-midi.
Nous avons laissé choir nos sacs au pied d’un banc ombragé et apprécié à sa juste mesure la pause bucolique. Un hot-dog, quelques cerises et parties de  trou du cul plus tard ( le jeu de cartes plébiscité par les enfants en ce moment), nous avons repris les sacs : direction le YVC – Vancouver Airport. Direction les USA et San Francisco.
Saïk quitte le Canada avec le titre de champion national du Trou du cul. Suite du championnat aux USA. Nous aurons une joueuse gueststar en plus : Anso , de Ansolotour, ma sœur qui boucle son année autour du Monde par une échappée dans les grands parcs américains avec nous.

Merlin: « Les ailes de l’avion c’est un peu comme les queues de baleine »
Mardi 1er août : Vancouver – MOA (Yves)
Saïj en équilibre sur un tronc d'arbre sur la plage

Les enfants auront préféré la balade sur la plage à la visite du Moa

Pour la deuxième fois depuis notre départ, les garçons ont dormi tous les trois dans le même lit. Cela devrait arriver de plus en plus fréquemment dans les prochaines semaines, mais en attendant il faut trouver ses marques. Entre celui qui prend toute la couette, celui qui dort de travers et celui qui pète au lit, la cohabitation reste encore à inventer pour réussir à se supporter pendant encore 350 jours !

En attendant, c’est un programme plutôt light que nous avions esquissé pour ce mardi.
Les garçons ayant bien apprécié la visite du Royal BC muséum à Victoria, nous avons juste inscrit la visite du musée d’anthropologie de Vancouver à notre programme.
Mais passée la salle inaugurale avec ses grands totems, les garçons décrochent très vite. Moins adapté pour les enfants que le BC Muséum, le museum of anthropology (MOA) propose pourtant un nombre incroyables d’objets artistiques et cérémoniels des premiers peuples.
Mais nous sentons très vite que cela ne va pas le faire. Malo meurt de faim alors que nous sortons de table. Les deux petits traînent des pieds quand ils ne se disputent pas.
Après une heure et demi de visite au pas de charge, nous capitulons et optons pour une balade sur le front de mer.
Situé en plein cœur de l’université de Colombie Britannique, le musée se trouve en effet non loin d’une plage que nous rejoignons après avoir descendu un très grand escalier. Saïk et Merlin retrouvent leur élan en jetant des cailloux dans la mer. Du coup, nous décidons de poursuivre notre balade en longeant la plage. Mais plus nous avançons et plus nous nous apercevons que les quelques baigneurs qui ont choisi d’affronter les vagues du Pacifique sont en tenue plus que légères. Pour ne pas dire moins. Après une bonne rigolade, nous décidons de presser le pas. Mais plus nous avançons et plus nous découvrons des gens déshabillés. Nous sommes en fait au beau milieu d’une plage naturiste !!!! Nous expliquons aux enfants la situation et continuons notre promenade le plus naturellement possible en essayant de ne pas pouffer de rire face au côté cocasse de notre situation.
Il y a des jours comme ça.
Malo : C’est bientôt fini la visite ?
Quand est-ce qu’on mange ?
Lundi 31 juillet : Vancouver – Ascension de Grouse Montain (Yves)

 

Notre séjour au Canada touche à sa fin. C’est notre dernière matinée dans le super Airb andb de Robert. Ce lundi soir, nous déménageons pour nos deux dernières nuits au Canada dans une pension de famille en périphérie de la ville. Il faut donc refaire les sacs.

Mais Robert nous ayant proposé de les garder chez lui pour la journée, nous décidons de profiter de ce lundi pour escalader Grouse Mountain.
En débarquant au Canada, nous avions initialement imaginé nous offrir un plongeon « Into the wild » dans un grand parc national du côté de Whistler. Mais cela supposait de louer une voiture. Or, nous sommes encore en phase de tâtonnements en terme de gestion de notre budget. Nous savions en choisissant le Canada et les Etats-Unis comme premières destinations que nous partirions avec des repères compliqués compte tenu du coût de la vie ici. Du coup, nous naviguons un peu à vue. Et c’est pour cela que nous avons décidé de renoncer à Whistler. Sachant que nous avons déjà inscrit le Yosemite à notre parcours au USA.
Nous ne regrettons d’ailleurs pas le fait d’avoir mis le cap sur Grouse Montain. Bien au contraire. D’autant que contrairement à la grande majorité des visiteurs nous avons choisi d’escalader cette montagne situé à 25 minutes au Nord de Vancouver à pied. Et de ne garder le téléphérique que pour le retour !!!
L’ascension fait moins de 3 km, mais avec 1000 m de dénivelé, cela revient à monter un escalier non stop au milieu des cèdres et des cailloux. Les indications au pied de Grouse Montain nous prédisaient d’ailleurs une grimpette avoisinant 1h45.
Mais nos garçons nous ont vraiment épatés. Malo et Saïk ont pris les devants et ont avalé leur ascension en tout juste 1h10. Et Merlin, nous a vraiment bluffés en gérant du haut de ses 7 ans son ascension comme un coureur de l’Annapurna Trail (Bruno Poirier appréciera). Parti tranquillement, il a quasiment rattrapé dans le dernier quart du parcours tous les randonneurs partis pied au plancher mais qui ont explosé en cours de route. En 1h20, nous avions rejoint les deux grands en haut de Grouse Mountain. Avec Estelle, nous étions vraiment fiers de nos sportifs ! Et la récompense était de taille. Car la vue sur Vancouver et sur la vallée de Capilano est vraiment magnifique de là-haut.
Après une pause sandwich au sommet (PS : je commence à en avoir marre des sandwiches…), nous avons profité dans l’après-midi des différentes attractions proposé par le Parc régional (spectacle d’oiseaux de proie, démonstration de bûcherons). Nous avons même aperçu nos premiers ours (deux orphelins en captivité).
C’est comblé et heureux que les gars sont montés dans le téléphérique pour redescendre jusqu’à Vancouver. Après avoir récupéré nos sacs chez Robert et avalé un burger sur le pouce (encore des sandwichs 😉 nous avons mis le cap en bus sur notre pension de famille que nous avons rejoint à la tombée de la nuit.
Merlin en montant dans le téléphérique :
« Cela fera du bien de remettre les pieds sur terre »
Dimanche 30 juillet : Vancouver – Chinatown, travail scolaire et foot (Malo)

 

Toute la famille étant très fatiguée du feu d’artifice de la veille, nous nous sommes réveillés vers 10h. Le petit déj composé de pain et de bagels fût cette fois si plus consommé par Saïk après son avertissement « fringale » de la veille. Nous avons ensuite pris le métro jusqu’à Chinatown que nous avons visitée. Personnellement j’ai été un peu déçu de l’ambiance de ce quartier, pas trop traditionnelle à mon goût – malgré ses devantures et ses épiceries traditionnelles.

Nous avons mangé dans une cantine chinoise, malheureusement nous avions mal imaginé les doses et un plat pour trois aurait suffi  (nous en avons pris un chacun et une erreur de service nous en a emmené un de plus). Le ventre rempli, nous nous sommes arrêtés et avons ramené nos restes dans un sac.
En rentrant nous nous sommes lancés dans les leçons, moi et Saïk. Il rêvait de faire des maths et moi du français mais malheureusement nous avons fait l’inverse à notre plus grand malheur..:(
Après les devoirs, nous sommes allés dans un parc avec Maman pendant que Papa travaillait sur la fin du voyage. Nous nous sommes bien amusés puis nous sommes rentrés et avons mangé une salade et du far « broujounoc »  ( une sorte de bouillie finistérienne). C’était notre dernière journée dans notre Airbnb, nous avons donc refait nos sacs avant de nous coucher.

Samedi 29 juillet : Vancouver – Granville Island et Feu d’artifice sur English Bay (Yves) 

 

Saïk étant rentré de Capilano Bridge avec plusieurs rushs, nous décidons de nous accorder une matinée tranquille à la maison afin de lui permettre de finaliser sa vidéo.

Pendant ce temps, nous planchons sur la suite du voyage et sur l’animation du blog.
À midi, Saïk a terminé sa vidéo et nous mettons le cap sur Granville Island pour déjeuner.
Ancien secteur industriel rénové, situé exactement sous le Granville Bridge, cette île rassemble un marché, des boutiques et des restos.
Pour y arriver, nous prenons un mini-ferry de quelques places pour une traversée de cinq minutes. Un peu court mais très sympa.
Arrivée sur l’île nous nous précipitons au Public Market, pour composer notre déjeuner. Ce marché très coloré possède des dizaines d’étals de tous les pays. Merlin poursuit sa cure diététique en optant pour un hot Dog. Malo opte pour un Burrito et Estelle et moi décidons de manger des salades italiennes.
Mais Saïk n’est pas en forme et ne veut pas manger. Il est amorphe et n’a envie de rien. En fait, nous nous apercevons qu’il s’est contenté d’un petit déjeuner très léger pour se lancer immédiatement dans la réalisation de sa vidéo et qu’il est en fait en hypoglycémie. Il pense ne pas avoir faim. Mais en fait, il meurt de faim !!!! Nous lui achetons un muffin et la machine se remet progressivement en route. On ne devient pas Steven Spielberg sans manger un petit peu.
Après le déjeuner, nous nous lançons dans un petit tour à pied de Granville Island. Nous tombons sur des jets d’eau qui font des clin d’œil à Merlin. Il fait un grand soleil et ce rafraîchissement est le bienvenu. Merlin n’hésite pas une seconde et sort son maillot de bain. Après une demi-heure de pause à le regarder s’éclater, nous reprenons notre Tour de l’île, dont nous trouvons à l’arrivée la réputation  un tantinet surfaite.
Mais la journée n’est pas perdue pour autant puisqu’à notre descente de Ferry nous décidons de nous offrir notre premier bain dans le Pacifique au pied du pont de Burrard Street. L’eau n’est pas si froide que nous le craignions et nous profitons à plein de ce premier bain dans l’océan depuis notre départ.
Un bonheur ne venant jamais seul, nous découvrons en quittant la plage que nous nous trouvons qu’à quelques centaines de mètres du site d’où doit avoir lieu en soirée le Honda Celebration of Ligh, considéré ici comme le championnat du monde de feux d’artifice. Nous décidons du coup de prolonger notre soirée sur le front de mer comme des milliers de Vancouverites. Seul souci pour Merlin, le seul street food que nous trouvons sur notre chemin propose des hot dogs !!!!! Il va falloir que nous nous penchions sur le régime alimentaire de nos enfants très vite,sinon ils ne rentreront bientôt plus dans leurs bermudas.
En attendant, nous n’avons pas eu à regretter notre décision. Car le feu d’artifice tiré était grandiose. On n’avait jamais vu un tel show pyrotechnique de notre vie. On ne sait pas si les Japonais seront sacrés champions du monde, mais ce que l’on sait, c’est qu’il nous en mis plein les yeux !
Vendredi 28 juillet  : Vancouver – Capilano Bridge (par Malo)

 

Nous avons décidé de rester dans notre appart airbnb pour la matinée sauf maman et moi ( Malo) qui sommes allés courir dans le parc « Trout lake » à 1 km de la maison. En rentrant nous avons pris notre petit dèj et Merlin a commencé à travailler avec papa: d’après lui, Merlin a déjà terminé la moitié du trimestre de maths, ça ne sera probablement pas la même chose pour moi…..:(

Saïk s’est réveillé à 11h15 et nous avons mangé des spaghettis à la sauce tomate et au thon.
L’après-midi allait être chargée car nous avions prévu de découvrir le canyon de Capitano River et ses ponts suspendus. Nous avons donc pris le métro puis un car pour aller jusqu’à ce lieu prisé des touristes. Nous avons passé toute l’après midi( de 14 à 18h) à passer et repasser sur les ponts enjambants le canyon, Saïk en profitant pour faire une vidéo . Nous sommes rentrés, fatigués de cette journée en métro tard, trop tard pour cuisiner, Papa et Merlin ont donc été chercher des pizzas dans un magasin au bout de la rue, miam 😉
Jeudi 27 juillet : Vancouver – Gaztown et Maison Roedde House (Yves)

 

Nous avons opté pour une journée plus light ce jeudi. Nous traînons un peu au petit déjeuner et ce n’est que vers 11 h que nous mettons le cap sur Vancouver.

Au menu,  ce jeudi,  le quartier de Gastown, le plus vieux quartier de Vancouver. C’est donc ici que se sont écrites les premières lignes de l’histoire de la ville.
Nous commençons notre balade par une escale devant la Gaston Steam Clock, l’une des seules horloges à vapeur du monde. Malgré son apparence rétro, elle ne date que de 1977 et si elle fait de la vapeur, il lui faut quand même trois moteurs électriques pour fonctionner. Ce qui n’empêche pas d’en faire un site incontournable de la ville si on juge par le nombre de visiteurs à s’être massés à proximité peut avant midi pour écouter son concert.
Puis nous poursuivons notre déambulation dans Gastown en allant découvrir le Woodward’sbuilding. Sa structure originelle fut réalisée en 1903 pour le compte du grand magasin Woodward, qui deviendra célèbre pour son supermarché alimentaire (le plus grand d’Amérique du Nord à l’époque) et ses vitrines de Noël. Démoli en 2006 et rebâti l’année suivante, le nouveau Woodward’s building est très élégant avec son désigné rétro et ses dentelles en métal couleur rouille. Un mini W installé au sommet d’une mini Tour Eiffel symbolise encore l’immeuble. Mais ce dernier est sans commune mesure comparé à l’énorme W métallique de la grande époque qui est toujours exposé au pied de l’immeuble, et qui n’est pas sans rappeler le fameux W du groupe Winch, de la BD Largo Winch.
En continuant notre balade dans Gastown nous tombons également au niveau de Mapple tres Square sur la statue de Gassy Jack (Jack le bavard). La légende raconte que cet ancien employé d’une compagnie anglaise de bateau à vapeur débarqua sur le site de la future Vancouver avec seulement six dollars en poche. Malin, il persuada des menuisiers de construire un saloon en échange de tout le whisky qu’ils pouvaient ingurgiter en une seule journée. En 150 ans, il a non seulement donné son nom au quartier mais il y possède en plus sa statue. Pas mal comme modèle de réussite. Saïk qui rêve de devenir milliardaire a écouté son histoire avec attention.
À midi, nous remettons le cap sur Canada place pour déjeuner. Au menu : Burgers frites pour les garçons et porc au caramel pour les parents.
Dans l’après-midi, nous décidons de suivre les conseils du blog de Sarah une française qui a vécu un an à Vancouver pour aller visiter la Roedde house.
Située dans le quartier de West end, il s’agit d’une grande maison victorienne construite  en 1893 par Gustav Roedde, un allemand qui possédait un atelier de reliure à Vancouver. La visite est vraiment sympa. Chaque garçon nous présente à tour de rôle une pièce de la maison grâce aux fascicules en français mis à disposition à l’entrée des pièces. Une façon d’allier voyage et éducation .
Sur le chemin du retour par le centre de Vancouver, nous passons  par hasard devant le D’Oro gelato café, un glacier recommandé par le guide du routard. En Gourm’Trotters qui se respectent nous nous arrêtons manger une petite glace. Elle est bonne (7 sur 10 sur notre glaciomètre), mais en terme de saveur et de quantité, elle reste  quand même très loin de celle de chez Earnest.
Nous terminons la journée en déambulant dans les rues du centre-ville avant de de décider de rentrer en bus à l’appartement. Au menu ce soir haricots verts et cerises. Comme quoi, on ne mange pas que des pizzas tous les jours.
Mercredi 26 juillet : Vancouver -Stanley Park (Yves)
Selfi familial sur le Stanley Park

On réussit à imposer une pause à nos champions pour admirer le point de vue

Il paraît que faire le tour du Stanley park à vélo figure tout en haut de la To do list des choses à faire à Vancouver. Poumon de Vancouver, mais aussi sa principale attraction, ce parc de 400 ha, aussi vaste que Downtown donne du charme à la ville et lui confère son petit caractère californien.

Preuve que c’est devenu un vrai business touristique, des dizaines de loueurs de vélos sont installés à l’entrée du parc et nous n’avons aucun mal à trouver nos cinq destriers en fin de matinée. Mais dès les premiers tours de roues, nous sentons que nous ne sommes pas tout à fait sur la même longueur d’ondes que nos garçons. D’un côté, Saïk fait sa tête des mauvais jours (un aperçu sur sa vidéo) . Et nos cyclistes en puissance ont plus envie de faire une course sur la piste cyclable plutôt que de prendre le temps de se balader. On s’en aperçoit dès les premiers kilomètres qui nous offrent pourtant une vue magnifique sur le port et la ville. Après deux kilomètres, plusieurs totems sont installés sur le bord du chemin. Mais aucun de nos trois champions ne jugent utiles de s’arrêter. Et cela commence à ronchonner quand on leur impose une escale. On sent qu’il va falloir transiger entre notre envie de profiter un maximum du panorama et l’envie des garçons de s’éclater un maximum à vélo en se prenant pour Chris Froome.
Le Tour du Stanley Park est pourtant très sympa et le Lion’s Bridge qui relie Downton à Uptown a un petit air du Golden Brigde à San Francisco.
Après une pause pique nique à mi-parcours, nous terminons notre Tour du Park à vélo en nous offrant une pause à Second plage, une plage où se retrouvent les Vancoverites. On y trouve notamment une grande piscine extérieure dont la température affiche les 27 degrés. De notre côté, Estelle et Merlin optent plutôt pour les flots bleus mais froids de la baie avant que Merlin ne se lance dans une chasse aux crabes dans les rochers.
Puis nous remontons sur nos vélos pour visiter le cœur du parc. Par moment, nous avons le sentiment de visiter une forêt primaire tant les arbres sont entrelaçés, immenses et magnifiques.
Après une journée à pédaler, nous allons rendre nos vélo et nous remontons à pied jusqu’au centre-ville en traversant West End. Puis nous rentrons à la maison bien lessivés par cette journée.

Mardi 25 juillet : Vancouver -Canada Place (Yves)

les enfants avec en fond la skyline de Vancouver

De la promenade de Canada Place, les enfants apprécient le point de vue sur la skyline de Vancouver

Pour notre première journée complète à Vancouver nous décidons de mettre le cap en métro sur Canada Place. Ce building  moderne qui abrite un centre des congrès et un hôtel semble surmonté par de grandes voiles, comme prêt à prendre le large. C’est d’ailleurs ici qu’accostent les bateaux de croisière. Chaque jour à midi, 10 hauts parleurs jouent les premières notes de O’Canada, l’hymne national. En déambulant sur Canada place nous tombons sur une expo sur les 150 ans du Canada. Cela fait en effet 150 ans que le Québec, l’Ontario, la Nouvelle Ecosse, de l’île du Prince-Edouard et le nouveau Brunswick ont décidé de se regrouper pour devenir un dominion britannique. Aujourd’hui la confédération compte dix provinces et trois territoires et nous décidons d’organiser un cours d’histoire-géo en temps réel en demandant à chacun des garçons de retenir le nom de plusieurs d’entre eux. La Colombie Britannique, le Yukon et l’Alberta pour  Saïk. Le territoire du Nord-Ouest et le Nunavut pour Merlin. Le Saskatchewan, l’Ontario et le Manitoba pour Malo. Le Québec, la Nouvelle Ecosse et le Nouveau Brunswick pour Estelle. Et enfin Terre Neuve et le Labrador, et l’île du Labrador pour Yves.
Après cette leçon de géo, nous poursuivons notre balade sur le front de mer au rythme des décollages et des amerrissages des hydravions puis nous mettons le cap sur la flamme olympique des JO de 2010. Malgré les onze médailles décrochées par la France dont deux en or, les JO de Vancouver n’ont pas laissé d’images inoubliables dans l’imaginaire collectif français. Le décalage horaire y est sans doute pour beaucoup. En revanche à Vancouver, ces JO ont laissé une marque durable, y compris dans l’architecture de la ville.
À midi, nous nous offrons une pause déjeuner à Canada Place. Au menu, tacos pour les enfants et sushis pour les parents. Plus de 50 % de la population de Vancouver est étrangère et cela se ressent jusque dans les assiettes.
En début d’après-midi nous décidons de mettre le cap en métro jusqu’au village olympique. Mais une fois arrivés à proximité, le quartier ne nous inspire guère et nous décidons de nous lancer dans un jeu de piste plus réjouissant. Dénicher le meilleur glacier de la ville à en croire le Guide du Routard. Après une séquence de bus et beaucoup de marche à pied, nous débarquons chez Earnest vers 15 h 30. Nous avons bien fait d’insister car les glaces sont effectivement succulentes. Juré nous y retournerons avant notre départ.
Nous achevons notre après-midi en traversant le Trout Lake Park à pied et en allant mettre les pieds dans l’eau. Il y a quelques chose de magique de se tremper les pieds face aux sommets enneigés.

Lundi 24 juillet : Vancouver Island > Vancouver City (Yves)
drapeau canadien flottant au vent

Traversée retour de Vancouver Island à Vancouver

Nous nous réveillons un peu plus tôt que d’habitude car c’est aujourd’hui que nous quittons Victoria. Nous passons le debut de la matinée à ranger et nettoyer la maison de Marie.
Puis nous mettons le cap sur Swartz Bay où nous avons prévu de prendre le Ferry qui doit nous ramener sur Vancouver. Il fait un grand soleil et nous passons la traversée sur le pont arrière du Ferry-boat appelé Spirit of Vancouver.
À notre arrivée à Tsawassen, nous prenons le bus pour Vancouver. Dans le bus, nous faisons la connaissance d’un couple de Victoria qui se rend au concert de Neil Diamond à Vancouver. Eux aussi sont de grands voyageurs. Ils rentrent d’un Tour de l’Inde en train. Et ils ont quasiment déjà visité tous les pays que l’on s’apprête à traverser pendant notre voyage. Nous passons le trajet jusqu’à Vancouver à discuter avec eux.
Après trois changements de bus, nous arrivons jusqu’à notre Airbnb. Ce dernier est situé dans le quartier d’East Van et a des allures de Little Italy.  Le quartier est très sympa. Nous profitons de la fin de l’après-midi pour nous balader dans la rue principale Commercial Drive et y faire nos courses.
Et comme les Gourm’Trotters restent des gourmands nous nous offrons une petite glace dans une gelateria italienne. Les garçons attribuent la note de 8 sur 10 à la glace. C’est sur nous allons nous plaire à Vancouver.

Saïk : Ce qui m’inquiète, c’est que je suis quasiment sûr d’avoir donné ma casquette à quelqu’un mais je ne sais plus qui » 

Dimanche 23 juillet : Victoria – China Town (Yves)

On entre dans la toute petite rue de China Town

En route pour la toute petite ruelle de China Town à Victoria

Après les émotions de la veille, nous optons pour une matinée plus tranquille à la maison. Il faut bien quelques heures pour digérer ce que l’on a vécu hier. Nous en profitons pour traîner au petit déjeuner en écoutant l’arrivée du Tour de France à la radio. Même en voyage, nous restons des fans de vélo.
Après le déjeuner, nous décidons de nous rendre une dernière fois à Victoria pour découvrir les lieux que nous n’avons pas encore eu le temps de découvrir. Nous passons un petit moment à visiter Chinatown. Le Chinatown de Victoria est le deuxième plus ancien d’Amerique. Longtemps appelé la cité interdite à cause des trafics qui s’y déroulaient et de ses ruelles coupe gorge. Nous en profitons pour traverser la Fan Tan Alley qui est aujourd’hui répertoriée comme la ruelle la plus étroite du Canada. Nous poursuivons notre balade par les rues du vieux Victoria. Il se dégage une atmosphère particulière de cette ville.
En soirée nous retournons en bus vers la maison de Marie. Nous bouclons notre semaine par notre dernière partie de foot de la semaine. Victoire 10-6 de Saïk et Yves qui s’autoproclament champions de l’Ile de Vancouver.

Merlin : « Mr le commissaire je vous crois lorsque vous me dites qu’il y avait un pendu dans votre chambre »
Réplique de Fantomas contre Scotland Yards (vu par les enfants quelques jours avant notre départ)
Merlin veut prendre l’épilateur au lieu de l’escalator

 

Samedi 22 juillet  : Victoria – Rencontre avec les baleines (Yves)

les garçons équipés sur le pont de la vedette

Au large de Victoria, les garçons vivent un rêve éveillé et Merlin profite « du plus beau jour de sa vie »

Après avoir épluché les avis sur Trip advisor, nous avons finalement opté pour Eagle Wing Whale and Wild life Tour pour partir à la découverte des baleines à Victoria.
Dès le matin, c’est l’excitation dans la maison. Les garçons attendent cette journée avec impatience. Nous quittons la maison vers 10 h 30 en bus pour rejoindre Fisherman Warf où est situé l’embarcadaire.
Pour patienter nous déjeunons au Barb Fish and ship situé dans le village flottant. L’un des 10 meilleurs fish and chips d’Amérique du Nord si on en croit la devanture. Le poisson frit est, il est vrai, excellent. Parole d’un homme qui déteste le poisson pané.
À 13 h 00, nous rejoignons l’embarcadère. On nous demande de nous habiller chaudement car nous allons naviguer assez loin de la côte. Nous faisons la connaissance d’une américaine de Seattle qui a passé six mois à Aix en Provence  et qui nous aborde après nous avoir entendus parler en français. Notre capitaine, porte deux grandes moustaches et nous accueille chaleureusement quand on lui dit que nous venons de Bretagne. Il nous dit qu’il connaît bien Brest et qu’il a déjà navigué avec Eric Tabarly. Nous qui venions de signer une décharge avant d’embarquer dans laquelle nous nous engagions à ne pas poursuivre la compagnie si nous disparaissons en mer, nous voilà rassurés.

À peine sortis du port que nous tombons nez à nez avec notre première baleine. C’est fantastique et majestueux. Mais notre capitaine trouve qu’il y a trop de monde et met les gaz vers le large. Le debut d’un périple de 3 h et demi au cours duquel nous allons en prendre les yeux. Nous sommes chanceux, comme nous dit le capitaine et nous retrouvons après une heure de navigation en haute mer au milieu d’une quinzaine de cétacés. C’est tout simplement magnifique. Deuxième coup de chance, alors que nous sommes littéralement sous le charme de ces baleines à bosse nous apercevons un peu plus loin au large un couple d’orques qui se lancent dans un ballet aquatique de toute beauté. À bord du bateau, l’émotion est à son comble et les garçons en prennent plein les yeux.
L’émerveillement ne s’arrête pas là puisqu’au retour nous nous arrêtons face à un petit îlot où se prélassent des phoques, des lions de mer et un aigle royal.
Au retour au port, toute la famille est un peu sonnée face à toute cette magie. Nous nous offrons une glace assis sur un banc pour nous aider à digérer.
Au moment d’esquisser le parcours de notre voyage, nous avions demandé à chaque enfant de choisir un pays en fonction de leurs envies. Merlin avait immédiatement choisi le Canada car il rêvait de voir des baleines.
« Je viens de vivre le plus beau jour de ma vie »
nous a-t-il lâché du haut de ses sept ans en en revenant au port. Un commentaire qui a nos yeux valait tout l’or du monde.

Vendredi 21 juillet: Victoria – Royal BC Museum (Yves)

Le maillot de Terry Fox : Marathon of Hope

Le maillot de l’espoir, ou comment cette exposition au Royal BC Muséum a été l’occasion d’une discussion philo avec les enfants.

Après le petit dej, nous avons de nouveau mis le cap en bus sur Victoria. Nous sommes d’abord retourné à Fisherman Warf acheter des billets pour aller voir des baleines en mer vendredi. Puis nous avons pique-niqué sur un banc à l’entrée du port de Victoria avant de mettre le cap sur le Royal BC museum où nous avons passé une bonne partie de l’après midi. À notre arrivée, le portier nous a offert des pin’s avec le drapeau du Canada ainsi que des drapeaux en papier. Nous sommes d’abord allés voir l’exposition spéciale consacrée à Terry Fox. Un jeune canadien de 21 ans qui s’était lancé malgré sa jambe amputée au debut des années 80 dans une grande traversée à pied du Canada pour sensibiliser les gens à la lutte contre le cancer. La maladie s’était réveillée en cours de route et il avait du abandonner à mi parcours mais c’est resté un héros national au Canada.

Le musée se divise en deux parties. La première est consacrée aux peuples premiers ayant peuplé le Canada, mais aussi des animaux vivant dans la région ainsi que les enjeux du réchauffement climatique.
Le deuxième étage retrace l’histoire de la région au travers de scènettes illustrées sous la forme de tableaux.
Les garçons étant fatigués nous sommes rentrés à la maison après notre balade au musée. Nous avons fait un foot dans le jardin avec les gars (victoire de papa et Saïk). Puis après une nouvelle partie de cartes nous avons dîner et sommes allés nous coucher.
Merlin : j’ai l’appétit qui me gargouille

Jeudi 20 juillet : Victoria – Trail à Sawn Lake Park et Christmas Hill (Yves)

Les garçons assis pour pique-niquer en haut d'un mont

Pique-nique bien mérité en haut du Christmas Hill

Un appel sur le répondeur de Marie a réveillé une partie de la maisonnée vers 6h30 du matin, preuve que le décalage horaire n’est pas encore digéré.
Quand il s’est réveillé, Saïk s’est rendu compte que sa vidéo de sa traversée jusqu’à Swarz Bay avait cartonné et il était heureux.

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Grand mère et nous sommes parvenus à établir le contact par WatsApp. C’est la première personne que nous appelons depuis notre départ.
Au départ nous avions prévu de louer des vélos pour une grande balade, mais le loueur chez qui nous sommes allés ne louait pas les vélos pour les enfants. Du coup, nous nous sommes rabattus sur une rando à pied au grand dam de Saïk et Merlin.
Nous sommes allés nous balader dans Swan Lake Park, un espace naturel situé aux portes de Victoria. Les garçons ont fini par se prêter au jeu d’autant que l’on s’est fixé comme challenge de pique niquer au sommet de Christmas Hill, un piton rocheux situé sur les hauteurs du parc. On y a mangé nos sandwichs avant de redescendre.
Mais après la longue rando d’hier, les jambes ont commencé à se faire lourdes. Nous sommes rentrés à la maison vers 14 h pour nous poser. J’ai écrit pour le blog. Estelle a trié les photos et les gars ont joué aux jeux vidéos. On s’aperçoit qu’il est important de trouver notre rythme en écoutant celui des garçons. On ne peut pas enchaîner les activités et les kilomètres chaque jour. Pour qu’il soit réussi, ce Tour du monde devra être équilibré.
Merlin : l’homme c’est un somnifère au lieu d’un mammifère.

Mercredi 19 juillet : Victoria – découverte de la ville (Yves)

Merlin et la statue humaine

Merlin nous surprend en entrant dans le jeu de la statue humaine Platicman

On commence à mieux digérer le décalage horaire. On s’est réveillé entre 7 h et 9 h. Merlin a même tenu un peu plus.

Comme la veille, Malo essaie de voir le Tour de France à la TV mais Marie n’a pas de télé. Après avoir appelé son copain Hector en France et tenté un streaming sur périscope il abandonne finalement, et se rabat sur RMC.

La déception du jour sera pourtant ailleurs lorsque nous nous apercevons que les deux assiettes Henriot que nous avons apporté comme cadeau pour Marie ont été cassées dans nos sacs pendant le voyage. On avait longuement hésité à les mettre dans nos bagages cabine. Mais ces derniers affichant déjà complet avec l’ordinateur, les tablettes, les jeux des enfants et quelques vêtements pour le voyage nous avions opté pour un voyage en soute en les surprotégeant. C’est une bonne leçon pour la suite de notre voyage. Aucun objet fragile ne doit voyager en soute.
Après le petit déjeuner nous mettons le cap en bus sur Victoria. On a du mal à s’y faire avec le réseau de bus canadien. Non seulement on ne dispose pas d’un plan précis mais en plus on a du mal à comprendre la logique au niveau des arrêts. Ce qui ne nous empêche pas d’arriver à destination.
À notre arrivée dans la capitale de la Colombie Britannique, nous allons nous balader sur le port. Très à l’aise, Merlin nous bluffe en se lançant dans un pas de danse avec un mannequin. Après un passage à l’office de tourisme nous allons manger notre premier burger dans un petit restau baptisé « the pink bicycle ». Une façon très Gourmtroterriene de conjuguer notre amour du voyage avec notre amour du vélo.
Après le déjeuner, nous nous lançons dans une grande balade. En descendant dans la ville, nous découvrons un nouveau sport entre le golf et la pétanque au Canadian Lawb bowling club. Sous le charme, nous restons les regarder jouer un bon moment.
Puis nous traversons le parc Beacon Hill où Saïk aperçoit le premier écureuil de sa vie.
Ensuite nous enchaînons par une longue balade sur le front de mer jusqu’à Fisherman wharf, un petit village de maisons flottantes où les gars rechargent leur batterie en mangeant une glace au rythme des décollages et des atterrissages des hydravions.
En revanche nous avons toujours un problème avec les bus. Au retour chez Marie nous ratons l’arrêt ce qui nous oblige à refaire 1km à pied dans l’autre sens. Mais malgré cela nous avons énormément apprécié cette journée. Nous avons le sentiment d’avoir une vécu une belle journée tous ensemble comme nous rêvions d’en vivre avant de partir avec les enfants.

Mardi 18 juillet : Tsawassen > Vancouver Island (Yves)

les garçons et Yves sur le pont du ferry

Le voyage commence bien. dépaysement total sur le ferry vers Vancouver Island

Saïk et Merlin se sont réveillés à 4 h. Visiblement, il va nous falloir quelques jours pour oublier le rythme français et nous remettre du décalage horaire. La preuve que nous restons encore attachés à ce qui se passe dans l’hexagone, après le petit dej, Malo n’hésite pas à passer un quart d’heure sur la télécommande pour dénicher la chaîne canadienne qui diffuse en direct le Tour de France. C’est drôle de regarder le Tour de France alors que la journée ne fait que débuter.

Après l’arrivée du Tour nous appelons un taxi pour rejoindre le ferry. Mais le premier taxi qui vient nous chercher est trop petit et nous devons en appeler un mini van pour venir nous chercher avec nos sacs. Première leçon, on ne voyage pas à cinq comme on voyage à deux.

La traversée en ferry de Tsawwassen à l’île de Vancouver dure une heure et demi et est vraiment magnifique.
À bord, on fait la connaissance de Julie, une Québécoise qui passe ses vacances avec ses deux garçons et son papa. C’est la première fois, eux aussi, qu’ils visitent l’Ile de Vancouver. Julie connaît la France pour avoir travaillé quelques semaines à Metz à la période de l’année ou il y a un férié tous les semaines, nous raconte t’elle, ce qui nous fait bien sourire. Les garçons qui espéraient voir une baleine lors de la traversée sont un peu déçus. Notamment Saïk qui avait sorti sa Go Pro pour immortaliser la scène. Mais les baleines en route pour l’Alaska passent plutôt à l’ouest de l’île. Et on se dit que le voyage ne fait que commencer et qu’on aura sans doute d’autres occasions d’aller à leur rencontre.
Le chauffeur de bus qui nous emmène jusqu’à Victoria est également très prévenant. Et prend le temps de nous dire où on doit descendre.
Nous arrivons à la maison de Marie après avoir récupéré les clés chez John, le voisin. C’est une petite maison coquette située à Saanich, un petit village en périphérie de Victoria.
L’après midi nous nous empressons de remplir le frigo en allant faire quelques courses à Woolmark, un centre commercial situé à dix minutes à pied de la maison de Marie.  Puis nous rentrons dîner à la maison. À 21 h, on n’entend plus une mouche voler. Tout le monde dort.

8 réflexions sur “… au Canada

  1. Tatar dit :

    Quand Saîk film la camera est située ou svp ?
    Je connais les écureuils gourmands ils viennent effectivement manger dans mains ( ex pinède de Juan les Pins).
    Ne craignez rien votre ligne vous marchez beaucoup…
    Gros gros bisous de la Voisine

    J'aime

  2. loisil maider dit :

    Briochins, amis de Céline et Francois, nous vous suivons en famille (3 garçons aussi, de 9, 12 et 15 ans et un … doudouchien !!).
    Robin et Tom suivent aussi Saïk sur youtube. C’est vraiment sympa de partager votre voyage !
    Bises d’Irlande et bon voyage !!!!
    Maider Loisil & co

    J'aime

  3. Delphine dit :

    C est un plaisir de vous lire ,vous etes ma dose de bonne humeur et d exotisme au quotidien!
    continuez de nous faire voyager avec votre simplicité!
    Une bise à vous et à merlin et saik
    Delphine (de l étude et de la cantine )
    d ailleurs qui va me finir tt ses assiettes à la rentrée prochaine et faire des parties de foot à gogo ds la cour de noel du fail pendant que Merlin fait son tour du monde?

    J'aime

  4. Tatar Nicole dit :

    Voilà déjà une belle aventure très enrichissante en parcourant cette région du Canada !
    Vos commentaires me plaisent beaucoup… Pour la nourriture « sandwich » : pas grave vous vous bougez tellement.
    A bientôt en Floride bizzzzz,
    La Voisine.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s