Un petit tour en Amazonie

Les photos 

Lundi 4 septembre : Puyo… on a connu des jours meilleurs (Estelle)

IMG_7867

Nous quittons ce matin Baños et l’auberge Chimenea. Confiants et ravis de filer vers la forêt amazonienne à Puyo, grande ville de 36 000 habitants. Nous prenons le bus et redécouvrons de haut la route des cascades qui se prolonge jusqu’à Puyo. Le thermomètre monte à une vitesse folle. On est un peu assommés par la touffeur à la descente du bus, Yves encore un peu plus qui se plaint depuis ce matin d’un gros rhume.
Nous bénéficions cependant d’un super accueil : Maya une Rennaise installée ici nous y attend. Avec elle nous descendons à pied jusqu’à l’hôtel. En traversant une rue, Yves se prend les pieds dans un trou et, déséquilibré par le poids des sacs, , se retrouve par terre. Il a mal la cheville…. la douleur grimpera dans la journée : une entorse pour le chef !
Nous posons nos sacs à l’hôtel, embrassons Maya et filons découvrir le centre ville. Aucun charme pour celui-ci. Nous cherchons un restaurant – impossible de le trouver. Notre application maps.me devient folle !
Objectif de l’après-midi : rendre visite aux deux agences recommandées par le Lonely pour des tours en Amazonie. Aux deux adresses indiquées, nous trouvons des vitrines désaffectées… Après recherche, ces agences ont déménagé. On en trouve une, ses propositions ne nous séduisent pas. On finit par trouver la seconde, elle est fermée. La boutique voisine nous dit qu’ils pourraient rouvrir vers 17ou 18 h.
Philosophes nous rentrons à l’hôtel: reposer le pied d’Yves, essayer de récupérer une wifi très instable… et je ressors régulièrement vérifier si l’agence en question – proche de l’hôtel, ouvre son rideau.
Je profite du temps mort pour écrire quelques cartes postales avec les enfants.
À 18h, l’agence ouvre son rideau. Sa proposition est séduisante mais vraiment chère, largement supérieure à celle annoncée par le Lonely.
Bref, la journée est passée, on n’a pas avancé sur notre projet d’excursion dans l’Amazonie, Yves s’est fait une entorse, il est enrhumé, Merlin aussi, la ville de Puyo ne nous emballe pas… On se dit que demain sera meilleur. On se réconforte autour d’une bière et d’un coca.

Mardi 5 septembre : Cascada Holà Vida (Malo)

Pour notre deuxième jour à Puyo, nous avions décidé d’aller à la cascade « holà vida », une cascade où l’on peut se baigner à environ 25mn de la ville et en pleine forêt amazonienne. Après le petit dej pris dans un petit restaurant à côté de notre hôtel,  nous avons pris le taxi de Juan l’oncle de Ruben, le copain de Maya jusqu’à la cascade.
Une fois arrivés au parking, nous avons marché 1/2 heure jusqu’à la cascade au milieu des arbres et de quelques insectes typiques de l’Amazonie que Juan nous faisait découvrir. Après un petit pont, nous sommes arrivés enfin à la cascade, assez majestueuse et grande. Nous nous sommes donc baignés et nous avons joué autour de la cascade pendant au moins deux heures. J’ai essayé de faire passer maman sous la cascade, comme Moi et papa, mais elle a eu peur et n’a pas voulu…
Après la baignade, nous avons fait un barrage au pied de la cascade pour s’amuser avec les gars puis nous avons remis le cap sur Puyo, en refaisant la même marche dans le sens inverse et en remontant dans le taxi.
À l’aller nous avions remarqué une ferme de poissons géants, nous nous sommes donc arrêtés au retour pour les voir et c’était plûtot impressionnant! Les poissons faisaient en effet 2m de long (on peut en trouver de 5m dans l’Amazone!) et se jetaient hors de l’eau pour avaler les morceaux de viande que nous leur jetions.
Après cette petite pause, nous avons repris la route pour Puyo en parlant avec Juan du match de foot de l’Equateur qui allait se jouer cet après-midi. Il annonçait l’Equateur vainqueur contre le Pérou.
Une fois à Puyo, nous sommes allés manger dans un resto asiatique et nous nous sommes fait avoir, pour la énième fois, par les quantités, impossible de terminer nos assiettes!
Le ventre bien rempli, nous sommes rentrés à l’hôtel où nous avons fait un peu d’école avant de ressortir dans un bar voir le match dont nous parlait Juan. Et l’Équateur à finalement perdu 2-1… perdant ainsi quasiment toutes ces chances de se qualifier pour la coupe du monde en Russie. Nous sommes ensuite rentrés nous doucher avant de ressortir manger dans une pizzeria avec Ruben et Maya. Nous sommes ensuite rentrés nous coucher sous un gros orage apparemment typique de Puyo.

Mercredi 6 septembre : On file vers Missahuali (Yves)

Après la pluie vient toujours le beau temps. C’est avec ce dicton en tête que nous quittons Puyo après une nuit de pluie diluvienne. Certes nous y avons passé deux bons moments (la baignade à la cascade Hola Vida et le dîner avec Maya et Ruben), mais nous ne garderons pas un souvenir impérissable de notre escale là-bas. Mon entorse du premier jour avait donné le ton. Et pour couronner le tout, Estelle et moi quittons Puyo, ce mercredi avec les intestins en vrac. La première turista de notre tour du monde !!!! Les garçons affichant une forme étincelante, nous attribuons notre déliquescence intestinale (on vous épargne les détails…) au jus de fraise que nous avons bu tous les deux la veille en regardant le match Equateur-Pérou dans un bar. La prochaine fois nous ferons comme les garçons, nous prendrons du coca !
C’est complètement vaseux et sans le moindre regret que nous quittons donc Puyo (où nous avions initialement prévu de rester six jours) pour remonter vers le Nord.
Maya nous ayant parlé du petit village de Misuahualli, situé en bordure d’Amazonie au carrefour du Rio Napo et du Rio Misuahualli, nous décidons d’écrire la suite de notre histoire là-bas.
Après un premier voyage d’1 h 40 jusqu’à Tena, nous trouvons un bus pour Misuahualli en début d’après-midi. Ce dernier est majoritairement composé de lycéens et de collégiens qui rentrent chez eux après leur journée d’école (en Equateur les cours commencent tôt le matin et finissent juste après midi).
Après un quart d’heure, le bus s’arrête et nous pensons être arrivés. Mais ce n’est pas le cas, en fait la route est coupée en deux par des travaux, et il nous faut abandonner notre bus pour monter dans un autre 400 m plus loin.
Nous arrivons à Misuahualli peu avant 15 h. Nous sommes accueillis par une colonie de singes qui ont pris leur quartier sur la place centrale du village pour le plus grand bonheur des garçons. Nous sentons que la saison touristique est terminée. Nous sommes désormais les seuls occidentaux quasiment partout où nous passons. Comme nous n’avons rien réservé, nous entamons avec Saïk et Merlin un tour des principaux hostals de la ville. Mais ce dernier est très vite faussé. Les gars ont en effet repéré une piscine dans le premier hôtel que nous avons visité. Ce dernier n’étant pas plus cher que les autres, les gars ont vite fait de trouver plein de défauts aux quatre autres hôtels que nous visitons. Le personnel n’est pas accueillant dans le premier. La salle de bain est « déglinguée »  dans le deuxième. La chambre est trop petite dans le troisième. Et il fait trop chaud dans le quatrième. N’en jetez plus, après un lobbying incroyable, nous optons finalement pour le petit hôtel… avec piscine situé à l’entrée du village. Les garcons pourront en profiter autant qu’ils veulent puisque nous sommes les seuls clients.
Mais avant, nous nous lançons dans un petit tour de Misuahualli. Sur une plage de sable à la sortie du village, nous découvrons de jeunes enfants équatoriens qui se jouent du courant du Rio Napo en se laissant porter par ce dernier jusqu’à un rocher situé à une quinzaine de mètres de la rive. Tout compte fait, nous nous disons que nos garçons seront peut-être plus en sécurité à nager dans la piscine de notre hôtel qu’à chercher à les imiter.
Avant de rentrer, nous nous lançons en quête d’un guide susceptible de nous offrir un petit aperçu de l’Amazonie. Au départ, nous avions prévu de partir pour plusieurs jours en forêt amazonienne, mais vu les événements des deux derniers jours et l’état de nos intestins (sic), nous optons finalement pour une formule bien plus light. Nous décidons de nous offrir une descente du Rio Napo en canoë et de poursuivre l’expérience par une grande marche en forêt et la visite d’une communauté. Dans la vie, il faut parfois savoir ne pas se montrer trop gourmand et savoir réadapter ses ambitions en fonction de ses moyens du moment. Et puis, comme dit si bien Malo :

« On ne va pas se mettre la pression, on a presqu’encore un an devant nous »

Jeudi 7 septembre : Un tour dans la jungle à Misahualli (Saïk)

Nous avons commencé par voir quelques plantes, dont un arbre à cannelle, avant de prendre un bateau duquel nous avons vu beaucoup d’oiseaux et beaucoup de singes.
En marchant pour aller voir un arbre géant, nous sommes tombés sur un drôle de fruit ! Un peigne avec plein de petits piques. Je me suis brossé les cheveux avec et ça marche bien. Nous avons marché une heure pour arriver à l’arbre géant, il était vraiment immense. Nous avons repris des forces en mangeant une pomme et nous sommes repartis. Sur le chemin du retour, je me suis fait piquer par une fourmi géante, ça fait très mal !

Le guide nous a fait goûter de la palme de bambou, ce n’est pas mauvais.
Nous avons repris le bateau pour retourner de l’autre côté et rejoindre un village d’Indiens Quechuas. Nous y avons mangé avec un toucan et un singe qui voulaient nous piquer nos repas.  Nous avons fait une petite sieste dans des hamacs et nous avons ensuite assisté à un spectacle de danse. Nous avons bu du thé fumé et de la chicha. La chicha, qu’est ce que c’est ? C’est une boisson énergisante faite à partir de manioc mastiqué par les femmes de la communauté. Ce n’était pas très bon.

Vendredi 8 septembre : Repos chaud, chaud à Tena (Estelle)

IMG_7955

Nous sommes redescendus de Missahuali hier soir vers la plus grande ville de Tena. Nous pensions poser nos sacs pour une nuit seulement dans ce chef-lieu de région. L’auberge étant super accueillante et confortable, nous décidons finalement de prolonger le séjour et d’y passer notre journée de vendredi.
Mis à part une visite du centre ville, très vite faite, nous n’avons rien de programmé. Quelques courses pour les repas du midi et du dîner ( c’est aussi l’avantage d’avoir une cuisine à disposition dans les hostals > on retrouve des saveurs qu’on connait et c’est surtout très économique). Nous consacrons l’après-midi au repos et surtout, à un peu de travail scolaire et administratif. Yves, de son côté, programme notre séjour à Venir aux Galapagos. Les jours s’enchainent vite et nous prenons conscience que depuis mardi, nous n’avons pas ouvert le sac d’école. Merlin et Saik préparent le compte-rendu de la veille pour le carnet de bord et pour leurs copains de l’école.
Cette pause se fait sous une chaleur accablante. En bons bretons, on ne se sent pas très à l’aise dans cette moiteur. Demain, nous quittons l’Amazonie et remettons le cap sur la Sierra > direction Riobamba.
Nous avons fini la soirée en partageant une bière, un dîner et une mygale (! )> qui nous a épiés du mur blanc de la cuisine pendant tout le repas, avec Lucie et Antoine du blog docdoctravel.

Les photos 

2 réflexions sur “Un petit tour en Amazonie

    • lesgourmtrotters dit :

      Bonjour Nicole, ici non plus il ne fait pas chaud. On devrait retrouver des températures plus douces d’ici une petite semaine aux Galapagos ( j’espère tout du moins car sinon il sera difficile de se mettre à l’eau avec les tortues).
      Pour répondre à ta question, Malo tient un fruit de palmier qui sert de peigne ( d’apparence, ça ressemble à un oursin). Saik s’est peigné avec, il a bien aimé – lui qui d’habitude n’apprécie pas beaucoup de se coiffer. Nous t’embrassons

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s