A Arequipa, des musées, du chocolat et du foot

Les photos

Mardi 3 octobre : On débarque après une nuit de bus (Merlin et Yves)

IMG_3599.jpg

Nous arrivons à Arequipa vers 9 h du matin après une longue nuit de voyage en bus🚈.Bonne nouvelle à notre arrivée à la gare routière : les traits ne sont pas trop tirés, ce qui veut dire que tout le monde a plutôt bien digéré ce premier long voyage de nuit. Plusieurs voyageurs nous avaient recommandé la compagnie Cruz del sur et nous avons bien fait de les écouter. Les bus sont très confortables et on y dort très bien. Mieux que dans un avion.

Puis nous avons pris deux taxis pour rejoindre notre auberge de jeunesse dans le centre d’Arequipa. Cela a pris un peu de temps, car il y avait une manifestation contre le gouvernement sur la route.

Comme notre dortoir n’était pas encore prêt (et oui, on dort dans des dortoirs), nous en avons profité pour aller faire une petite balade dans le centre de la ville. Arequipa est surnommée la ville blanche, car les maisons sont construites en sillar, une roche volcanique claire qui scintille avec le soleil. Les maisons sont également petites et très peu d’entre elles possèdent des étages car les gens ont peur des tremblements de terre et des éruptions des volcans 🌋 qui entourent la ville : le Misti, le Pichu Pichu et le Chachani.

À midi, nous sommes allés manger dans un restaurant végétarien. C’était bon et les plats étaient très copieux. On aurait pu se contenter d’un menu pour deux avec Saïk.

Après, nous sommes retournés à l’hôtel faire une petite sieste. Mamie a du mal à se remettre du décalage horaire. Elle se réveille toutes les nuits à 4 h du matin et du coup, elle est un peu fatiguée. Comme nous aussi, on est un peu fatigué, Papa et Maman ont finalement décidé d’annuler le trek jusqu’au Canyon del Colca. C’est l’un des canyons les plus profonds du monde. Mais il aurait fallu se lever à 3 h du matin pour y aller. Et comme, on va déjà devoir se lever tôt plusieurs fois la semaine prochaine, on va finalement profiter de nos trois jours à Arequipa avec Papy et Mamie  pour récupérer et reprendre des forces avant notre séjour à Cuzco.

En fin d’après-midi, nous avons fait nos leçons à l’hôtel, et puis nous sommes allés manger des crêpes pour finir la journée. Les crêpes étaient faites avec de la farine de quinoa, mais elles étaient délicieuses. J’ai mangé une crêpe jambon-oeuf-fromage et en dessert j’ai partagé une crêpe fraises-caramel-chantilly avec Saïk. C’était trop bon !

Mercredi 4 octobre : Visite du Monasterio Santa Catalina (Estelle)

Notre auberge de jeunesse était un peu sale et un peu bruyante. On refait donc nos sacs et la famille de tortues migrent vers une autre auberge : l’hôtel Maycawasy. On ne perd pas au change, on atterrit dans un petit hôtel familial. L’accueil des propriétaires est chaleureux et en français ! Une lessive et un temps de travail scolaire plus tard, on part rassasier les estomacs dans notre petit resto végétarien avant de partir découvrir le Monastrerio Santa Catalina, un des principaux atouts architecturales de la ville d’Arequipa. Étendu sur plus de 20 000 m2 le monastère est organisé comme une ville. On apprécie se perdre dans ses artères colorées d’ocre et de bleu, le temps de notre visite. Notre guide, qui parle français, nous apprend qu’à l’origine ce couvent était réservé aux filles des riches familles espagnoles. Chaque famille y achetait son petit bout de terrain pour y construire le logement de son enfant qui deviendrait nonne. La vie au couvent s’est organisée ainsi autour de ses logements individuels, chaque soeur vivant sa foi en indépendance dans cette mini-ville. Ce n’est qu’au début de XXe siècle que le Vatican a imposé au couvent une vie en communauté. Les bâtiments sont remarquablement conservés, les couleurs vives des murs ravient les photographes. Il règne ici une ambiance très particulière. Les enfants apprécient… mais au bout d’une heure trente de visite, ils nous pressent de sortir du couvent. Ce soir c’est Saïk qui cuisine : il fête son 100e abonné Youtube. Au menu, légumes et fruits du marché picorés autour d’un coca et d’une bière sur la terrasse de l’hôtel.

Jeudi 5 octobre : Arequipa… suite (Yves)

Cette nuit, c’était la pleine lune, et si personne ne s’est transformé en loup garou, les traits sont tirés au réveil. Visiblement, Mama Quilla, comme la vénéraient les Incas, en a perturbé plus d’un dans son sommeil. Épouse d’Inti, le dieu soleil, la lune occupait une place centrale dans la vie des Incas. De nombreux rituels et le calendrier agricole étaient d’ailleurs basés sur les cycles lunaires. Et la déesse disposait même de son propre temple à Cuzco, la capitale de l’empire.

De notre côté, nous avons décidé de profiter de la matinée pour découvrir un peu plus Arequipa. Le free Tour de Lima nous ayant beaucoup plu, nous décidons de renouveler l’expérience. Là encore notre guide est très sympa, mais la découverte du centre ville beaucoup moins. La balade dure deux heures et demie, mais en dehors de quelques beaux bâtiments coloniaux et d’un superbe point de vue sur les volcans à partir d’un cloître jésuite, le circuit n’a rien d’extraordinaire.

En ville, l’animation est ailleurs. Le Pérou affronte en soirée l’Argentine en match éliminatoire de la Coupe du monde et tout le monde ne parle que de ça. Les garçons, qui ont eu le bon goût d’enfiler leur maillot de la sélection péruvienne au réveil, sont interpellés à chaque coin de rue au cri « d’arriba Perù ».

À midi, nous zappons pour la première fois depuis notre arrivée à Arequipa notre petit resto végétarien. Après les deux heures et demi de marche, tous les estomacs crient famine et nous entrons dans le premier restaurant que nous trouvons sur notre chemin. Un boui-boui pas vraiment recommandable. On a l’impression d’être les premiers clients depuis la fin de l’empire inca 😀. La soupe ne nous inspire pas beaucoup et le reste de l’almuerzo est à l’avenant. Mais à l’arrivée, malgré quelques gargouillements suspects dans l’après-midi, nous nous en sortons sans trop de casse.

Et heureusement, car nous avons programmé pour l’après-midi, un atelier de fabrication de chocolat dans une chocolaterie d’Arequipa. Cela aurait été dommage de rater ça.

Peu de gens le savent, mais le Pérou est le premier pays exportateur de cacao bio au monde. Et 20 % du cacao fin produit sur la planète vient du Pérou.

Adrian, notre prof en chocolat, est non seulement hyper passionné par son boulot, mais il est aussi hyper pédago. Il nous explique que l’histoire d’un bon chocolat commence toujours par un contre la montre. Il ne peut, en effet, pas s’écouler plus de quatre jours entre la récolte du cacao et l’extraction de la fève de sa coquille.

Il nous explique encore le rôle clé joué par le beurre de cacao dans un bon chocolat.

Il nous explique enfin que Christophe Colomb n’avait pas jugé bon de ramener du cacao en Europe car il ne trouvait pas ça bon. C’est Cortes, lors de sa conquête de l’empire aztèque qui a finalement inversé le cours de notre histoire culinaire en découvrant la boisson des dieux, une espèce de chocolat chaud amer réalisé par les Aztèques.

Après avoir dégusté un thé parfumé aux écorces de cacao, Adrian nous lance dans la fabrication et la dégustation de la fameuse boisson des dieux, réalisée à partir de fèves que nous avons épluchées.

Mais le grand moment de l’après-midi reste la fabrication de nos propres chocolats. Chacun pouvant y aller de ses propres saveurs à partir d’une base à 70% de cacao. Noisettes et amandes pour les uns, quinoa ou café pour les autres, et feuilles de coca et encore feuilles de coca pour Saïk, qui nous fera bien rire le soir en découvrant que ses chocolats sont « vraiment dégueus ».

En fin d’après-midi, c’est les papilles encore frétillantes que nous rejoignons la place centrale pour suivre sur écran géant le match entre l’Argentine et le Pérou. Cela fait 35 ans que le Pérou n’a plus participé à un Mondial et on sent une immense ferveur derrière l’équipe nationale. Mais pour espérer jouer la qualif face à la Colombie mardi, il faut d’abord ne pas perdre face à l’Argentine de Messi. C’est dans une ambiance de folie au milieu de 5000 Arequipños déchaînés que nous assistons au résultat nul des Péruviens à la Bombonera (0-0). On ose à peine imaginer ce qui se passera mardi si le Pérou domine la Colombie. Seule certitude : on sera encore à fond derrière eux. Car on a très envie qu’ils nous accompagnent en Russie en juillet prochain.

Vendredi 6 octobre : Dernier jour à Arequipa (Malo)

IMG_2145.jpg

Pour notre dernier jour à Arequipa, nous avions prévu une journée plutôt calme. Nous nous sommes levés 8h30 avant d’aller prendre le petit dej et de faire nos sacs pour libérer la chambre. Nous avons quand même pu laisser nos sacs à l’hôtel pendant que nous profitions de notre dernière journée dans la ville.<br<br<br
donc, pendant la matinée, visité le musée/couvent de la Recolata, un musée très complet, un peu à l’écart du centre ville. Sa grande bibliothèque, notamment est très impressionnante en raison de son nombre de livres et d’une frise chronologique immense regroupant tous les personnages importants de Jésus à Napoléon en passant par la reine Victoria. Ce musée possédait aussi une collection d’animaux exotiques empaillés (perroquets, paresseux ou encore crocodiles) assez impressionnante ainsi que des tableaux catholiques et des instruments de géographie anciens (sextant, cartes, compas). Après cette visite de la matinée, nous sommes allés manger (pour la troisième fois en 4 jours) dans un resto végétarien mais qui sert un menu très copieux et différent tous les jours.

Nous sommes ensuite allés visiter le musée de « la momie Juanita » (une momie de jeune fille sacrifiée par les Incas pour apaiser la colère des volcans). La visite se composait d’une vidéo expliquant la découverte de la momie, et d’une petite exposition d’habits, de poteries et de statuettes retrouvées à côté de la momie, et, évidemment, de la momie en question conservée dans un congélateur. La vue du congélateur nous a donné envie de manger une glace (!!!) et c’est ce que nous avons fait avant d’aller voir pour rentrer dans la cathédrale. Petit problème: interdiction aux shorts! Nous sommes donc rentrés à l’hôtel, Papy, Mamie, Maman et Merlin ont mis un pantalon et sont retournés à l’église. Dès leur retour, nous sommes partis pour la gare routière où nous avons pris le bus de nuit pour Cusco en espérant nous endormir rapidement.

Les photos

Une réflexion sur “A Arequipa, des musées, du chocolat et du foot

  1. La voisine dit :

    Quel beau voyage et en plus une belle dégustation de chocolat, miam miam !
    Je vais découvrir la suite de votre voyage sous le climat méditerranéen pour un mois.
    gros gros bisous à vous sept.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s