A Kamala, opération visa et playa

Les photos

Mardi 17 avril : De Chang Mai à Phuket (Merlin)

On s’est réveillé puis on a pris le petit déjeuner 🥞  > il était plutôt petit : c’était seulement 3 oreo chacun . Ensuite nous avons pris le bus pour l’aéroport international de Chang Mai puis on a pris l’ avion ✈️ pour Phuket. J’aime toujours autant prendre l’avion. Quand je serai grand, j’aimerai bien devenir pilote. Le vol a duré 2 h et demi. On a eu à manger.
A Phuket, on a pris un taxi qui nous a amené à notre hôtel au bord de la plage de Kamala.
Puis nous sommes allés manger pour la première fois chez Popeye Thaï food (mais heureusement, c’était pas des épinards).  Ensuite nous sommes allés à la piscine, on a travaillé (j’ai écrit un compte-rendu).
Nous sommes ensuite allés à la plage, on a vu un joli coucher de soleil.
C’était ensuite l’heure du dîner : le restaurant était bien car à la fin du repas ils offraient une glace aux enfants.

IMG_5002.jpg

Mercredi 18 avril : Visa – premier essai à Phuket (Yves)

Cette fois, c’est sûr, c’est la bonne ! Après deux matinées à faire le pied de grue devant l’ambassade de Chine à Manille, 80 photocopies (non, non, je n’exagère pas !), notre dossier est enfin ficelé. À nous les visas pour la Chine !
Nous avons vu sur un blog de globe trotters que le consulat de Chine à Phuket était « The place to be » pour obtenir sans trop de stress les précieux sésames. C’est en partie pour cela que nous avons fait le choix de nous poser pour quelques jours à Kamala, alors que l’endroit ne cadre pas (ou ne cadre plus) avec nos aspirations de voyageurs au long cours. Trop touristique, trop bétonnée, trop superficielle, la station balnéaire ne nous fait pas vibrer, malgré sa grande plage de sable blanc et sa mer à 30 degrés.
On ose à peine imaginer ce que doit être la vie à Patong, la station la plus touristique de Phuket (mais franchement déconseillée aux familles voyageant avec des enfants de moins de 16 ans), située dix kilomètres plus au sud…
Mais obtenir nos visas pour la Chine prime sur tout le reste. Et si le consulat de Phuket est « The place to be », ce serait bête de ne pas en profiter.
Forts de notre expérience à Manille où nous avons fait la queue sur le trottoir deux matins de suite, pendant plus de deux heures, nous décidons d’anticiper l’ouverture du consulat (9 h) avec Estelle.

IMG_7791.jpg
Il est un peu plus de 8 h lorsque notre taxi nous dépose devant ce dernier. Et agréable surprise, nous sommes les premiers !!!

« C’est un signe du destin. Cette fois, c’est sûr, c’est le bon jour ».

Nous ne restons pas longtemps tout seuls, toutefois. Une, puis deux, puis trois, puis bientôt dix personnes, auxquelles il faut ajouter un mini-bus plein à ras bord d’Asiatiques, viennent grossir la queue. Heureusement, l’agent de sécurité de l’ambassade a repéré que nous étions arrivés les premiers. Et même, si c’est Intervilles au moment de l’ouverture des portes, ce dernier nous délivre le ticket n°1. Ce qui n’empêche quand même pas à deux ou trois personnes sans ticket de venir nous griller la politesse au moment de l’ouverture au guichet. Bienvenue en Chine 😉
Mais à 9 h 15, c’est déjà notre tour. L’agent de l’ambassade, très gentille au demeurant, commence à éplucher nos dossiers et nos dizaines de photocopies. (Roulements de tambour, c’est maintenant que cela se joue…)
Dès la deuxième page, cette dernière fronce les yeux. « Vous avez écrit l’adresse de votre hôte AirBnB en Français », ce n’est pas autorisé. « Mais ne vous inquiétez pas, vous avez encore un mois avant votre voyage. Cela vous laisse le temps de refaire votre dossier et de revenir nous voir… »
« Sglurppp »
Comment lui expliquer que cela fait déjà trois semaines que l’on n’arrête pas de rajouter des éléments à notre dossier en fonction des demandes parfois contradictoires des uns et des autres !!!
Fort heureusement, la conseillère de l’ambassade ne nous renvoie pas complètement à nos chères études et accepte d’éplucher le reste de nos documents. Globalement, nous tenons le bon bout. Mais au moment d’éplucher nos billets d’avions, cette dernière relève une nouvelle incohérence dans notre dossier. « Vous avez indiqué que vous souhaitiez quitter Pékin le 26 mai alors que votre billet de départ est daté du 19… »
« Re-Sglurpp !!!!!! »
Nous nous replongeons dans nos documents et nous nous rendons compte que notre billet d’avion n’est effectivement pas à la bonne date !!!!! L’agence mongole qui nous les a transmis en février dernier s’est trompée d’une semaine et on ne s’en est jamais aperçu. La grande muraille vient de nous tomber sur la tête. Ce n’est pas encore aujourd’hui que l’on décrochera nos visas pour la Chine… On n’ose même pas imaginer ce qui se serait passé si nous nous étions présentés le 26 mai prochain à l’aéroport de Pekin avec nos billets datés du 19…

Mais il en faudrait plus pour décourager un Gourm Trotter. À notre retour à Kamala, je m’empresse d’alerter l’agence en Mongolie qui fait preuve d’une réactivité incroyable. Moins d’une heure après, nous avons nos nouveaux billets. Et c’est reparti pour la valse des photocopies. C’est décidé, demain, nous ferons de nouveau le pied de grue devant le consulat.
Après un temps d’école efficace avec les enfants en début d’après-midi dans la fraîcheur de notre chambre d’hôtel (il fait trop chaud pour sortir à cette heure là), nous finissons la journée tous ensemble sur la grande plage de Kamala. Même s’il y a beaucoup de monde, il y a un côté sympa à voir le soleil se coucher dans une eau à 30°…
Nous terminons la journée dans le petit resto thaï dans lequel nous avons établi notre cantine depuis hier midi. On est désormais repéré et sommes accueillis avec de grands sourires. Nous aimerions tant qu’il en soit de même demain matin lors de notre come back au consulat de Chine…

IMG_7774.jpg

Jeudi 19 avril : Opération Visa Chine bis (Estelle)

Ce matin le réveil est décalé d’une demi-heure pour Yves et moi.
7h30, on saute du lit. On avale un morceau de pain rapidement, on saute dans un taxi Grab (le Uber asiatique) et nous prenons à nouveau la route du consulat de Chine. On y arrive à 8H30 : contrairement à la veille, nous ne sommes pas les premiers. Il y a deux-trois personnes qui attendent déjà.
L’agent de sécurité sort de la maison de banlieue, nous toise d’un grand sourire : il nous a reconnu ( faut dire qu’il n’y a pas beaucoup d’occidentaux ici). Il passe son balai, installe son portique et à 9 heures ouvre la porte.
Et là indignation, une Dame aux grands airs sortie de son 4×4 noir cinq minutes avant, s’engage la première. Sans un regard, sans aucune considération pour les personnes qui attendaient avant elle. Quelle honte : elle a même un petit sourire aux lèvres. Rrrrrr !
On récupère quand même le ticket n°3. On attend une petite demi-heure et arrive notre tour.

IMG_7794.jpg
Et là, on monopolisera le guichet de notre patiente et attentionnée agente administrative pendant une bonne heure.
Il faut réajuster le formulaire : indiquer une adresse en anglais ( > Beh comment on fait pour traduire des noms propres en anglais !!!), lui donner des garanties supplémentaires à propos de notre lettre d’invitation, traduire notre relevé bancaire en USD… Oh la la, ça ne semble pas bien parti… ET pourtant… les passeports et les dossiers (4 pages de formulaires, une photocopie de passeport, deux photos d’identité, une photocopie du visa thailandais, une lettre d’invitation, nos billets d’avion d’entrée et de sortie de Chine, une attestation d’emploi, un relevé bancaire, … pour les adultes . Pour les enfants il faut ajouter un certificat de naissance, un justificatif de parentalité, une copie des passeport des parents ) >>> SOIT au total pour nous 5 (51 pages !!!!!). Ces passeports et dossiers finissent par rejoindre la pile des dossiers à instruire… et nous recevons des reçus pour venir chercher nos passeports mardi 24.
Ouf, c’est le soulagement. On ne saute pas pour autant de joie quand on referme la porte du consulat… On reste prudent et on attend mardi.

Allégés, on remet le cap sur l’hôtel à 40 minutes de route : nos loulous sont réveillés, ont pris leur petit déjeuner et travaillent tranquillement.
On s’installe à leurs côtés et on finit la matinée studieusement ( j’ai encore un doc à sortir pour le consulat de Chine – à leur présenter mardi lors du retrait des visas).

On retourne déjeuner dans notre cantine – Popeye Thaï Food > les enfants ont droit aujourd’hui à une glace offerte par la patronne.
Dans l’après-midi, on cale la suite du voyage : billet retour à Bangkok, logement à Bangkok (on va devoir y passer quelques jours > il nous reste le visa mongole à faire. 

Nous repartons de Phuket mardi en fin de journée, d’ici là on veut s’éloigner mais pas trop (on n’a pas de passeports et pas trop de temps, et surtout pas de motivation pour de longs déplacements) : Kho Yao Noï semble l’île idéale. 

C’est une toute petite île entre Phuket et Krabi à 30 minutes de bateau de Phuket, et d’après le blog d’une autre famille de voyageurs 300 jours autour du monde, c’est un petit paradis : tranquille, calme, pas cher et paisible… Tout ce qu’on aime et qu’on ne trouve pas ici sur l’île de Phuket. On ne regrette cependant pas notre séjour sur Phuket > le consulat de Chine y est petit et accessible. C’est, nous le croyons, l’endroit idéal pour entamer une demande de visa.  

On booke un hôtel

Il est 17h30 quand on finit tout ça. On part profiter de la plage : à cette heure-ci il fait bon . Avant on n’apprécie pas > du feu tombe du ciel.
Et comme hier, on profite du coucher de soleil. un spectacle dont on ne se lasse pas.

IMG_5011.jpg

Vendredi 20 avril : Les enfants prennent de la hauteur (Malo)

Nous nous sommes levés vers 9h et avons, cette fois-ci, pris le petit-dej avec les parents, qui n’étaient pas au consulat de Chine aujourd’hui…

IMG_7797.jpg

Nous avons ensuite passé la matinée à faire de l’école et nous avons même eu le temps de faire un petit saut dans la piscine pendant que papa faisait un massage.
Nous sommes ensuite allés manger. A peine le repas fini, nous avons directement mis le cap sur la plage, un peu plus tôt que les autres jours car Papa et Maman nous avaient promis un tour de parachute ascensionnel. Nous en avons vraiment bien profité. Saïk a même dit:

« C’est comme si tu regardais ce que filme un drone, sauf que c’est toi le drone ».

Bref, c’était vraiment super cool, on a tous les 3 adoré. Nous avons ensuite prévu d’aller voir le coucher de soleil sur un bouddha géant, mais le prix du taxi et la chaleur nous ont découragés. Nous sommes donc restés à l’hôtel, en profitant de la piscine et en dessinant. Pour clôre la journée en beauté, nous avions même prévu d’aller chercher les pizzas et de les manger devant un film! Nous avons réussi la première partie du plan (aller chercher des pizzas) mais pas la deuxième partie (lancer le film). Nous avons donc mangé les pizzas et sommes allés nous coucher pour la dernière fois sur l’île de Phuket.

Les photos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s