A Mandalay… un nouveau monde

Les photos 

Jeudi 3 mai : Mingalaba Birmanie (Saïk)

Le réveil est un peu compliqué ce jour là. Mais bon, il ne nous faut pas perdre de temps alors nous déjeunons et refermons nos sacs, puis checkons que l’on n’a rien oublié. Nous appelons un GRAB et c’est parti pour 45 minutes de trajet jusqu’au terminal international de Bangkok.
Alors on s’enregistre et on passe tous les contrôles de sécurité, et nous voilà assis dans nos siège en train de nous ennuyer…
Pour passer le temps maman nous laisse les 75 baths qui restent au fond du porte-monnaie pour acheter un truc. Je laisse Merlin choisir : il opte pour des brioches avec une saucisse à l’intérieur (finalement, j’aurai peut-être dû choisir…). Nous embarquons ensuite dans l’avion. Comme d’hab’, l’avion décolle et c’est parti.
Le vol ne dure qu’une heure quarante-cinq. Et nous voilà au Myanmar.

IMG_0142
Nous passons la douane et récupérons nos sacs avant de pouvoir sortir de l’aéroport. Nous achetons une carte téléphonique et nous rejoignons notre chauffeur qui nous conduit à l’hôtel.

Une fois à l’hôtel, nous posons nos sacs et nous ressortons dans le but de trouver un resto népalais végétarien, repéré sur le Lonely. On ne trouve pas ce resto, à priori définitivement fermé depuis quelques temps déjà. Au final nous mangeons une pizza vraiment pas terrible avant de visiter un quartier artisanal où des gens travaillent la feuille d’or : les batteurs d’or (Malo vous prépare un post explicatif sur cette technique). Nous sommes ensuite rentrés nous reposer à l’hôtel. Une grosse journée nous attend demain.

IMG_8512

Vendredi 4 mai : Des temples à nous étourdir (Malo)

Pour notre première journée pleine en Birmanie, nous avons prévu de faire un tour au milieu des temples, situés dans le centre de Mandalay.
Nous nous sommes levé à 7h30, avant de manger le petit déjeuner dans le restaurant de l’hôtel. Nous avions pris rendez-vous avec un taxi de l’hôtel pour qu’il vienne nous chercher à 8h30 (afin d’essayer de profiter de la fraîcheur matinale). Le premier temple que nous avons visité, n’était pas un temple mais plutôt un monastère construit entièrement en bois de tek : Kyaung Shwe In Bin.
Nous avons ensuite mis le cap sur le temple de Paya Mahamuni, puis celui de Kyaung Chienendaw, qui se ressemblaient l’un et l’autre (Grands Bouddhas, murs dorés… etc). Le premier (celui de Paya Mahamuni) possédait quand même une particularité: Au centre du temple était situé un bouddha (de taille moyenne=3m) sur lequel des hommes, et seulement des hommes, collent des feuilles d’or depuis plus de 100 ans. Si bien que le corps de la statue est recouvert par une couche de 15 cm d’or.

C’est assez impressionnant, mais le bouddha a plus l’air d’un gros bébé potelé plutôt que d’un bouddha.

IMG_5923

Nous avons fini la matinée en visitant le palais Royal de Mandalay. Ce dernier avait été détruit lors d’un tremblement de terre. Mais il a été reconstruit par des hommes condamnés aux travaux forcés (quand même) au cours des 20 dernières années. Ce palais vient rappeler que la ville de Mandalay a servi de capitale au Royaume du Myanmar durant de longues années.

IMG_8631

Après avoir mangé un bon repas nous sommes retournés visiter d’autres temples, certains en pierre, certains en bois. Nous avons même eu l’occasion de voir le plus grand livre du monde (la Paya Kutodaw) : c’est en fait un temple dans lequel il y a des milliers de petits stupas (sortes de cloches creuses en pierre). Et dans chacune de ceux-ci, on y trouve une pierre sur laquelle est racontée l’histoire du Bouddhisme. Chacune de ces pierres correspond à une des pages du plus grand livre du monde.

IMG_0214
Nous sommes ensuite allés dans le temple de Paya Kyautagwi, réputé grâce a son grand bouddha de marbre de 8 m.

Depuis que nous sommes en Asie nous avons vu beaucoup de bouddhas mais, croyez le ou non, la visite de ce temple aura été pour moi l’occasion de découvrir un bouddha fan de hard Rock pour la première fois…

Pour terminer la journée en beauté, Nous avions prévu d’observer le couché du soleil (apparemment magnifique), sur le point de vue de la Colline de Mandalay (Mandalay Hill). Nous sommes arrivés largement en avance sur place, ce qui nous a laissé le temps de méditer (ou du moins d’essayer de méditer !) et de nous reposer tout en profitant de la pagode située au sommet de la colline.
Malheureusement, après avoir attendu trois heures, un orage est venu obscurcir l’horizon. Autant vous dire qu’il a tout gâché ! Nous sommes donc rentrés à l’hôtel, déçus de ne pas avoir vu le coucher du soleil, mais quand même satisfaits de cette journée passé dans les temples Birmans. Avant de nous coucher, nous avons dîné dans le restaurant de l’hôtel tout en débriefant la journée.

IMG_6047

Samedi 5 mai : Et là on fait une belle rencontre (Yves)

Après avoir exploré le cœur de Mandalay vendredi, nous décidons de partir à la découverte des alentours de la ville, ce samedi.
Comme la veille, nous optons pour un départ à 9 h du matin. Notre périple débute d’ailleurs de la meilleure des façons. Nous sortons à peine de Mandalay que nous tombons nez à nez sur un défilé multicolore. 

IMG_8796

Il y a des danseurs en tenues traditionnelles, des musiciens, des chanteurs, des chars tirés par des bœufs sur lesquels trônent des enfants drapés de soie et couverts de bijoux, des éléphants… Nous nous laissons emporter par cette incroyable féerie de couleurs. Nous demandons à notre chauffeur ce qui se passe. Mais avec ses quelques mots d’anglais à son répertoire, ce dernier peine à nous fournir une explication.
Adossé à un arbre qui lui offre un peu d’ombre, un vieil homme se dirige alors vers nous avec un grand sourire. Il nous explique dans un anglais plutôt compréhensible (ce qui est rare ici) qu’il s’agit de la fête des novices (Shinbyu en Birman). Tels des princes, comme Bouddha au début de sa vie, les enfants défilent dans le village. À la fin de la journée, ils rejoindront le monastère pour se faire raser le crâne et revêtir l’habit de moine ou de nonne pour un noviciat d’une semaine. Pour les petites birmanes, ce défilé revêt un caractère particulier car c’est également le jour où elles se font percer les oreilles.

IMG_6104
Cette cérémonie nous rappelle une nouvelle fois le rôle clé joué par la religion bouddhiste ici. On avait déjà pu s’en rendre compte, hier, en constatant les énormes sommes d’argent déposées par les Birmans en guise d’offrande devant les nombreux Bouddhas de Mandalay. Dans un pays où le salaire moyen peine à atteindre les 200 euros par mois, ces sommes nous avaient parues presque extravagantes. (Mais qui sommes-nous pour les juger ?) Cette deuxième journée de visites vient juste nous confirmer que la vie ici tourne, d’abord et surtout, autour de Bouddha.

Nous en avons la confirmation quelques minutes plus tard en nous arrêtant devant le monastère de Kyaung Maha Ganayon, dans le village d’Amarapura.
Surprise à notre arrivée là-bas, nous tombons de nouveau nez à nez avec le vieux monsieur aperçu lors de la procession. On se demande bien comment il a fait pour arriver jusqu’ici avant nous. Il doit peser 40 kilos tout mouillé et s’il est venu à vélo, on ne sait pas comment il a fait pour arriver avant notre voiture. On se dit qu’il a dû nous repérer avec notre bonne tête de touristes et qu’à un moment ou à un autre il va vouloir nous vendre quelques choses. Mais comme on le trouve vraiment très souriant et très sympathique, on prend plaisir à faire un peu plus connaissance et à prolonger la discussion entamée au moment de la procession. Il nous dit qu’il s’appelle Monsieur Shwe, qu’il a 78 ans. Et il nous invite à le suivre sur le chemin menant au monastère.

IMG_0302

Il est à peine 10 h 30 et près de 1500 moines de tout âges attendent de recevoir leur repas, à la fil indienne, un bol d’offrandes à la main. Il existe dix règles fondamentales que doivent respecter tout moine bouddhiste. Parmi celles-ci : ils ne sont pas autorisés à consommer d’aliment solide l’après-midi, et ils doivent également quêter leur nourriture les pieds nus.

Outre la semaine de noviciat lorsqu’ils ont entre 10 et 12 ans, la tradition bouddhiste impose une deuxième retraite aux Birmans au cours de leur existence. Cette deuxième retraite doit s’effectuer après l’âge de 20 ans et doit durer au moins trois mois. Mais Monsieur Shwe nous explique que beaucoup de Birmans effectuent en fait trois retraites, car c’est un chiffre porte bonheur ici. Dans la queue qui se presse devant le réfectoire, on trouve donc des moines qui vont passer le reste de leur existence ici. Mais aussi des moines que ne sont là que pour quelques semaines, voire quelques jours.

Car c’est l’une des spécificités de la religion bouddhiste. Même si on adhère à la communauté religieuse en tant que moine, un engagement n’est jamais définitif et on peut rejoindre la vie sociale dès qu’on le désire.

Preuve que nous ne maîtrisons pas tout, et que nous restons imprégnés de notre culture européenne, nous sortons alors un petit billet pour remercier Monsieur Shwe pour toutes ces explications. Non seulement, il n’a rien cherché à nous vendre, mais en plus cela fait plus d’une heure qu’il nous fait office de guide autour du monastère. Et nous lui en sommes reconnaissants.
Mais surprise, ce dernier refuse poliment notre argent. Il préfère nous donner rendez-vous à l’entrée du Pont U Bein, en fin d’après-midi, où nous avons prévu d’aller assister au coucher de soleil. « J’aurai un cadeau pour vous », nous dit-il, avec son grand sourire édenté.

Nous remontons dans notre voiture en nous demandant ce qu’il a voulu dire par là ???

En attendant, nous voilà de nouveau sur la route. Cap sur le village de Sagaing. La ville qui tire son nom des arbres qui surplombent le fleuve Ayeyarwady, a été la capitale du royaume shan au XIVe siècle, après que la chute de Bagan eut plongé le centre du Myanmar dans le chaos. Mais son âge d’or fut de courte durée (de 1360 à 1364) et Sagaing a plus marqué l’histoire du pays par son influence spirituelle que politique.

IMG_6199
Aujourd’hui encore, la ville reste le lieu de retraite favori des bouddhistes. Les dizaines de stupas blanc et or qui scintillent sur la colline sont là pour en témoigner. Même si après deux escales sur cette dernière (au temple Paya Pon Nya Shin et à la terrasse Umin Thounzeh où une superbe colonnade en forme de croissant abrite 45 Bouddhas), nous comprenons très vite que les garçons ont en un peu soupé des temples et des statues dorées ces dernières 24 heures. La pause déjeuner arrive au meilleure moment. (NDLR : punaise, je ne suis encore qu’au déjeuner. Vous devez en avoir marre, non ? Promis, je mets le grand plateau pour la suite 😉 Mais en attendant de trouver un vélo, c’est en calèche que je vous embarque…)

IMG_8891

Après Sagaing, c’est en effet en calèche que nous nous lançons à la découverte d’une autre ex-capitale royale : Ava. Cet endroit, aujourd’hui retourné à la rusticité la plus totale, a été à quatre reprise la capitale du royaume. On a l’impression d’avoir changé d’époque tant les gens vivent avec rien ici. Il faut vraiment faire preuve de beaucoup d’imagination pour imaginer ces monastères en teck, ces temples, et cette vieille tour penchée, du temps de leur splendeur. Mais les enfants prendront un tel plaisir à sauter d’un site à l’autre en calèche pendant les deux heures que durera la balade que nous ne regrettons pas d’avoir fait le détour jusqu’ici.

IMG_0365

En fin d’après-midi, nous remettons comme prévu le cap sur Amarapura, pour assister au coucher de soleil sur le Pont U-Bein.

IMG_6256

Véritable icône photographique du pays, la plus longue passerelle en teck du monde (1,2 km) dessine une légère courbe sur les eaux peu profondes du lac Taungthama. Nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette idée. Il y a beaucoup de monde. Et pourtant, devinez quelle est la première personne que nous apercevons en arrivant à l’entrée du pont ? Monsieur Shwe, encore lui !!! Et il tient un paquet sous le bras ??? On se demande depuis combien de temps il nous guette sous ce cagnard de plomb (il fait encore plus de 35 degrés).

IMG_6220
Même si nous ne comprenons pas tout ce qu’il nous raconte, nous le suivons sur la mythique passerelle, pendant que Malo se fait arrêter pour une série de selfies par une ravissante couturière birmane appelée Susu, visiblement tombée sous son charme…
Arrivé au milieu du pont, nous nous arrêtons tous les six sous un petit préau. Monsieur Shwe en profite pour nous remettre le paquet qu’il tient dans ses mains. À l’intérieur se cache un Longyi, un pantalon traditionnel birman !!! Monsieur Shwe insiste pour montrer à Malo comment on l’accroche autour de la taille.

« C’est un cadeau. Je vous demande juste de ne pas m’oublier et de m’adresser une carte postale lorsque vous rentrerez dans votre pays en juillet prochain… »

Nous sommes à la fois surpris et touchés par autant de générosité et de bonté. Le plaisir de cet homme de 78 ans, qui semble vivre dans le dénuement le plus total, semble juste de rendre les gens heureux ! Quelle leçon de vie ! 

IMG_9011

Il nous faudra même insister de longues minutes auprès de ce dernier avant qu’il n’accepte de se faire offrir un Sprite que nous siroterons tous ensemble devant le fabuleux spectacle du coucher du soleil. Nous quittons Mr Shwe et le Pont U-Bein avec des étoiles plein les yeux. Quelle journée formidable nous venons de passer. « Appelez moi quand vous serez arrivés à Bagan pour me raconter votre voyage », nous souffle-t-il en nous quittant.
Rassurez-vous, nous ne sommes pas près de vous oublier Monsieur Shwe…

Dimanche 6 mai : Journée des Géants… sur la route de Mandalay à Monywa (Saïk) 

Aujourd’hui, réveil habituel > on se lève et on va prendre le petit déjeuner.
Une fois prêts, nous sommes montés dans la voiture avec nos sacs. Nous avons roulé une petite heure avant de nous arrêter devant un énorme stupa d’or, un des plus grands que j’avais jamais vu : Paya Kaunghmudaw. Papa nous a lu que la légende raconte qu’un roi hésitait sur la forme à donner à ce stupa. Son épouse lui a donc proposé que le temple ait la forme de son sein. J’étais très impressionné par ce monument : il était gros et en plus c’était un temple très rond.

fullsizeoutput_343c
Nous sommes remontés en voiture pour plus d’une heure de route. Notre chauffeur nous a arrêté devant le plus haut Bouddha du monde,  j’ai été époustouflé en le voyant il était énorme plus de 130 m de hauteur : Bodhi Tataung.

fullsizeoutput_343d
Nous n’avons pas hésité, malgré la chaleur, nous sommes montés à l’intérieur. Nous avons monté et monté jusque tout en haut. Des fresques sur les murs des différents étages illustrait l’histoire de l’enfer jusqu’au paradis.
Nous avons mis une bonne demi-heure pour arriver au sommet : on s’arrête au niveau des épaules du Bouddha, on n‘a pas accès à sa tête.
En haut nous avons bu un petit peu d’eau et c’était reparti pour 15 minutes de descente.

fullsizeoutput_344d

Bien sûr ce n’était pas le seul  Bouddha géant des environs. Il y avait en face un bouddha couché très très grand: on est rentré dans celui-ci par sa fesse gauche 🙂 A côté, il y avait un bouddha assis et un autre Bouddha géant assis était en construction quelques centaines de mètres plus loin.
Monter à peu près 26 étages nous a donné faim alors nous avons demandé à notre pilote de nous trouver un restaurant. J’ai commandé une cuisse de poulet et les autres ont mangé des curry. Les plats étaient accompagnés d’une dizaine d’accompagnements délicieux.
Une fois le repas terminé, nous avons rejoint un temple gigantesque couvert de minuscules bouddhas  à l’intérieur : Paya Thanboddhay.

fullsizeoutput_3446

Les parents ont estimé que c’était le temple parfait pour méditer nous avons donc passé cinq minutes à fermer les yeux et à nous concentrer sur notre respiration. C’était un temple très particulier il y avait plus de 5 millions de petites statuettes de bouddha sur tous les murs (5 823 631 selon les gardiens dixit le Lonely), j’ai bien aimé car jusque là, on avait beaucoup de temple très ressemblants et celui-là sortait de l’ordinaire.

IMG_0472

Nous avons ensuite roulé une grosse heure pour arriver enfin à des grottes où il y avait de vieilles peintures et des sculptures de Bouddha partout  mais aussi des singes qui voulaient beaucoup de nourriture. : Hop Win Daung. Heureusement une dame nous accompagnait et canalisait les singes pour qu’ils nous laissent à peu près tranquille le temps de la visite . Et voilà encore un arrêt  que j’ai adoré car il sortait vraiment de l’ordinaire par rapport à tous les temples dorés. Ce temple troglodyte était vraiment particulier et d’une beauté simple.

On l’a en plus découvert au soleil couchant : les couleurs étaient splendides. Nous sommes ensuite reparti en sens inverse pour rejoindre notre hôtel à Monywa. Cette petite ville nous a servi pour faire escale entre Mandalay et Bagan. C’était une sacrée journée – une journée de Géants. Tout le monde était fatigué alors un riz frit et tout le monde au lit, bonne nuit!!

IMG_0523

Les photos

3 réflexions sur “A Mandalay… un nouveau monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s